Broderie de déménagement

Déménager , c’est mettre en carton pour longtemps mai aussi longtemps en avance.

Est arrivé un moment où l’essentiel de mes affaires étant enfermées, il ne me restait sous la main que ce qui ne l’était pas encore dont ce semi-kit des Brodeuses parisiennes acheté il y a des lustres.

Luxe inouï, j’avais tout préparé à l’époque. Le sac contenait grille, aiguille et fil. C’est ainsi qu’il est devenu ma broderie de déménagement.

Et de fait, la première réalisation brodée dans ma nouvelle maison, le temps de retrouver le carton des encours.

Publicité

Sur ma lancée

J’ai continué avec Le Fil de l’Hyères et le lin avec la couture d’un sac.

En effet j’ai encore un broderie grand format à finir en cabas donc il faut que je me refasse la main.

J’ai choisi ce modèle car le tissu m’intriguait. C’est du lin froissé et en fait il est très lourd et difficile à coudre.

Il est entièrement doublé de lin clair et la fermeture avec des bobines en bois en fait un joli cadeau pour une couturière ou une brodeuse.

Maintenant il me faut trouver un carton pour l’expédier à sa destinataire.

Besace

Avec les confinements, j’ai arpenté ma ville en tous sens et je n’avais pas de sac approprié. Soit j’utilisais une pochette que j’vais brodée mais je pouvais y glisser trop peu de choses soit j’avais mon sac habituel que mon ainé appelle ‘la valise’.

Il me fallait donc un intermédiaire.

J’ai acheté une machine à coudre avec suffisamment de puissance pour coudre des tissus épais comme le jeans. C’était d’ailleurs mon seul critère de sélection initial. Donc quand Chouette Kit a proposé un collection éphémère avec du jeans et une besace, je l’ai achetée.

Et là je suis carrément fière de moi.

J’ai réussi à coudre une besace en jeans et en plus j’ai juste défait une fois. Les explications sont claires et la machine répond à mes attentes. J’ai même fait les poches à soufflet.

J’ai aussi beaucoup soufflé en les faisant, étant peu sûre de moi.

Les poches intérieures étaient plus simples à réaliser.

J’ai géré étriers et mousquetons, pressions, sangles.

Bref j’ai réussi!

Je pourrai de nouveau arpenter les mains libres puisque les consignes de mon dernier fils sont ‘bouger’ quand je suis astreinte au télétravail et aux visioconférences.

Dans le kit il est aussi prévu de faire une jupe mais là il faut que je réfléchisse plus afin de la faire vraiment à mes mensurations.

Grand cabas de plage

En ces semaines d’incertitude où je ne sais pas comment s’organisera ma journée du lendemain, il me faut des projets sans réflexion.

Sur Instagram était organisé un cal pour faire un cabas en granny. J’avais du fil à déstocker ,c’est donc sur ce projet que j’ai jeté mon dévolu.

Faire des grannys, les assembler au fur et à mesure afin de ne pas avoir de couture puis finir par des anses improvisées.

J’ai utilisé neuf pelotes.

Le cabas est énorme puisqu’il fait plus qu’un tiers de la table de pique -nique; du coup j’ai abandonné le projet de le doubler. Ainsi une mère de famille pourra emporter ce dont elle a besoin sur la plage ou au parc avec de jeunes enfants.

Il ne le reste qu’à trouver une destinataire.

J’ai encore quelques pelotes de ce fil . Je dois pouvoir faire un pochon.

Affaire à suivre…

Prétexte

J’ai acheté un pied téflon pour ma machine à coudre afin de coudre du cuir , mais j’ai été incapable de défaire l’aiguille pour mettre une aiguille à cuir.

Du coup, j’ai décidé de le tester avec de la toile enduite de mes réserves. Cela fait des lustres que je n’ai pas cousu de la toile enduite. Un cabas me semblait un projet approprié.

Un modèle simple, pratique doublé avec une poche intérieure faite dans une chute de la toile enduite.

Défouloir 2

J’ai envisagé un autre modèle de sac plus haut, moins large et avec une seule anse.

Avec le tissu qui me restait, j’ai dû les faire en deux morceaux. J’ai trouvé dans mon stock un croquet asses large pour cacher la couture et rompre entre les deux morceaux avec lesquels je ne pouvais faire coïncider les motifs.

Comme j’ai fait tout à l’instinct, pour l’un le petit morceaux est en haut et pour l’autre en bas.

Comme pour les précédents, j’ai mis à l’intérieur en haut une bande de tissu noir pour cacher la couture des anses.

Les deux ont été offerts aux infirmières qui s’occupent de mon père. La première a été ravie, s’exclamant dès qu’elle l’avait vu sans savoir qu’il était pour elle, l’autre fut totalement indifférente.

Toujours du déstockage

De fils improbables des années 1970 trouvés chez ma mère.

Les étiquettes ont depuis longtemps disparu et les pelotes sont incomplètes.

Pour le fil bleu marine, j’avais envie de faire un châle mais rapidement j’ai compris que ce fil était trop rêche pour faire un accessoire à porter sur la peau . Il était aussi très difficile à crocheter.

Continuer à lire … « Toujours du déstockage »

Taille XL

J’ai continué à feuilleter le dernier MCI et à la fin il y avait une proposition de cabas taille XL.

Comme ma machine à coudre était montée en noir, j’ai cherché dans mon armoire et y ai trouvé un coupon adapté . Il me restait assez de doublure noire donc je me suis lancée.

Le seul hic fut le tissu extérieur. Moi qui veille à toujours acheter des matières naturelles, je me suis fait avoir et la semelle de mon fer à repasser a collé quand j’ai voulu ouvrir les coutures du tissu extérieur. Ce genre de mésaventure m’agace .

Le voici terminé.

DSC_6291