Cropped

Mon amie d’enfance m’a fait de nombreuses demandes de pulls. Tant mieux car mes armoires et celles de mes proches sont très pleines de tricot.

Comme elle porte des vêtements très différents des miens, je fais des expériences dont celle du fameux cropped top.

Heureusement, Lacazavent a proposé un test adaptable à souhait et elle a accepté que je fasse une version cropped.

Mon amie me fournit le fil. En fait elle a beaucoup acheté mais n’a jamais réussi à tricoter ce qu’elle voulait car elle est incapable de suivre le moindre patron.

Comme elle a acheté aussi les quantités sans règle, je dois faire des top down et tricoter les manches avant le corps.

Pour ce modèle, j’ai choisi 100% alpaga des Andes de Plassard.

Le point est simple et les bords sont en côtes torses .

Le voici au gré du vent

Le modèle est maintenant en vente et s’appelle Valroses.

Recyclage

Quand les anses d’un sac isotherme ont lâché en fin de semaine, j’y ai vu une aubaine pour faire un lunch bag pour celui qui emmène son déjeuner tous les jours.

Le modèle était dans un des livrets Chouette kit de cet été .

Le tissu est un canvas épais , type bleu de travail de mes réserves.

Les accessoires à savoir la sangle et des étriers étaient dans mes récupérations puisque je fais partie du club de celles qui ne jettent rien.

Pour prévenir le fait que la doublure sorte du sac, j’ai cousu le long des coutures latérales les deux matières ensemble.

J’ai attendu le verdict.

‘ Mon repas est bien resté froid’ mais ‘Le sac est trop petit. Si je mets mon plat et trois fruits, je suis en haut’.

Bon je verrai plus tard si un autre sac isotherme lâche. Si j’ai du temps et si j’ai envie.

Dernière robe de l’été

J’avais acheté ce kit Rosie chez Chouette kit l’an passé mais je n’avais pas eu le temps de la faire.

J’ai donc pu constater les évolutions de la marque en douze mois. Il y a une bobine de fil. On peut découper le papier sans être obligé de recopier sur du papier patron. Les explications sont beaucoup plus poussées et précises. Du coup heureusement que je me suis entrainée cette année car ,par exemple, nulle part le surfilage n’est mentionné alors que le tissu est un jacquard donc il s’effiloche très vite.

Techniquement j’ai encore fait des fronces et je ne suis toujours pas satisfaite.

Ce modèle pourrait se faire aisément sans les manches mais je trouve que le modèle de Fier comme un paon est plus chic. C’est donc celui-ci que je reproduirai.

Je suis maintenant équipée en robes pour l’été prochain selon les variations climatiques: à bretelles pour les grandes chaleurs, petites manches pour temps chaud et manches longues pour temps frais.

Trousse zippée

Dans le Chouette kit de la robe, il y avait un carnet explicatif pour d’autres projets dont des trousses. Le matériel fourni permettait d’en faire au moins une en théorie. En pratique tout le tissu à motif est passé dans la robe mais il m’en restait d’une autre faite il y a plusieurs années.

Il m’était fourni, un zip, du mesh, du nid d’abeille. Soyons clairs, je n’aime pas ces deux matières. La première est rigide mais se met facilement de travers et la seconde est très molle. Mon objectif était de poser de nouveau un zip donc je me suis lancée. Les explications sont claires donc à part avec le mesh où j’ai eu des soucis, tout s’est bien passé.

Elle est dotée à l’intérieur de multiples poches.

Le résultat final est mou et donc je l’imaginais en trousse de toilette dont je n’ai pas besoin. Sauf que dès que j’ai eu fini, elle a été appropriée par n°3 en trousse pour matériel numérique.

Avec de multiples commentaires pour l’améliorer:

‘Il faudrait que la doublure et l’extérieur soient cousus ensemble car c’est galère pour mettre et enlever des poches’

J’ai cousu à la main au niveau des coutures d’angles en bas ,les deux ensemble.

‘Il faudrait que les poches soient moins molles’

‘Il faudrait un élastique à l’extérieur de la grande poche intérieure cousu régulièrement pour pouvoir mettre des clés usb ou autres’.

‘La poche extérieure ne sert à rien’

Eh bien si je dois en refaire une, j’appliquerai les consignes mais en attendant il l’a emmenée pour son premier CDI .

Robe Salomé

Forte de mon expérience de la besace, je me suis laissée tentée par un autre kit Chouette kit pour continuer à tester ma machine. Une fois septembre arrivé, je devrai la maitriser afin de parer aux urgences.

Ce que j’aime dans le concept, c’est qu’il y a plusieurs projets: on peut faire couture, tricot, crochet et du coup utiliser ce qui est fourni puis ce qu’on a à la maison.

Après la besace, j’ai décider de faire une robe. Bon soyons clairs, cela s’est moins bien passé. D’abord je ne savais pas si le tissu était prévu pour une robe ou un top. Comme je suis mini, j’ai pensé que pour une robe, ça passerait. Ensuite, j’ai reçu un courriel avec des modifications à apporter car les manches tombent trop bas sur les épaules. J’ai tout fait et malgré cela, ça ne va pas. Peut-être n’ai-je pas un niveau suffisant ou les explications sont faites pour les intuitives ce que je ne suis pas ?

‘Ca tombe mal ‘dit mon dernier fils. ‘Et puis on dirait que tu es enceinte’. En effet, le tissu est trop épais pour les fronces. Il aurait fallu quelque chose de plus fin comme du liberty ou de plus mou comme de la gaze coton.

‘ Tu peux la mettre pour être chill ou te poser sur la plage’. Surement pas la plage avec mes déboires de cette année!

Donc j’ai bidouillé pour essayer de redresser les manches avec un plus creux devant au niveau de l’encolure.

Bon ce n’ai pas top top mais ça va mieux.

Le dos m’a permis de tester les boutonnière automatiques. Franchement ce n’était pas utile car le modèle s’enfile sans défaire les boutons mais c’est uns fonctionnalité importante. J’ai fait beaucoup de test et je dois encore progresser mais j’ai fait les trois boutonnières même si la dernière n’est pas droite par rapport au tissu, j’ai compris le principe.

Les 25 degrés sont enfin arrivés donc je suis contente de l’avoir malgré les épaules qui tombent, mais du coup je m’interroge sur le jupe en jeans que je dois faire.

Besace

Avec les confinements, j’ai arpenté ma ville en tous sens et je n’avais pas de sac approprié. Soit j’utilisais une pochette que j’vais brodée mais je pouvais y glisser trop peu de choses soit j’avais mon sac habituel que mon ainé appelle ‘la valise’.

Il me fallait donc un intermédiaire.

J’ai acheté une machine à coudre avec suffisamment de puissance pour coudre des tissus épais comme le jeans. C’était d’ailleurs mon seul critère de sélection initial. Donc quand Chouette Kit a proposé un collection éphémère avec du jeans et une besace, je l’ai achetée.

Et là je suis carrément fière de moi.

J’ai réussi à coudre une besace en jeans et en plus j’ai juste défait une fois. Les explications sont claires et la machine répond à mes attentes. J’ai même fait les poches à soufflet.

J’ai aussi beaucoup soufflé en les faisant, étant peu sûre de moi.

Les poches intérieures étaient plus simples à réaliser.

J’ai géré étriers et mousquetons, pressions, sangles.

Bref j’ai réussi!

Je pourrai de nouveau arpenter les mains libres puisque les consignes de mon dernier fils sont ‘bouger’ quand je suis astreinte au télétravail et aux visioconférences.

Dans le kit il est aussi prévu de faire une jupe mais là il faut que je réfléchisse plus afin de la faire vraiment à mes mensurations.

Nouvelle robe

Parmi les déboires de 2021, je me suis fait voler dans mon panier, sur la plage, pendant que je faisais mon heure quotidienne de brasse dans l’océan ,ma robe.

Rien d’autre n’a été pris, que la robe.

Elle n’avait rien d’extraordinaire.. Je l’avais cousue en 2018 dans un coupon de tissu à chemise à partir d’un patron japonais. J’aimais ses poches et ma seule fierté était d’avoir fait coïncider les lignes.

Pourquoi ce vol ? Une amie m’a assuré que certaines étaient capables de repérer le fait main. Et mon fils que j’étais arrivée avec sur la plage donc le repérage était facile.

Bref, pour aller sur la plage j’ai ressorti une vieille de dix ans dont j’envisageais sérieusement de faire des torchons en seconde vie. Je suis sure de ne pas être obligée de rentrer en vélo en paréo à moins que le tissu ne se déchire mais alors je n’aurai pas le cœur lourd.

Franchement, je nage ainsi depuis des années et je n’avais jamais eu aucun problème.

Bre,f il me faut coudre une nouvelle robe mais avant même ce vol, j’avais acheté un modèle Fier comme un paon. L’an passé j’ai cousu deux modèles et j’aime le concept qui fait qu’ à la fin il me reste le patron que je peux le refaire autant de fois que cela me plaira. Cette année j’ai choisi La pimpante . J’ai du lin en stock et je l’imagine bien dans cette matière. Je l’ai commandée dans ce que je pensais être de la double gaze de coton et j’ai reçu du lange. J’avoue avoir été un peu déçue. D’un autre côté, cette matière très molle m’a facilité la vie pour l’embut des manches.

Prendre une photographie entre deux averses et deux rafales de vent n’est pas aisé.

Comme celle qui m’a été volée, c’est un modèle facile à porter mais cette fois les poches sont cachées dans les coutures latérales. Et je suis bien décidée à ne pas aller sur la plage avec!

Long terme

Il m’aura fallu onze mois pour terminer cette jupe.

Il ne manquait rien d’extraordinaire, juste il fallait faire l’ourlet et coudre un bouton.

Le problème est que je l’avais commencée pendant els vacances estivales et ensuite ce fut le grand n’importe quoi professionnel.

Manque de courage, manque d’envie puis la machine à coudre qui m’accompagnait depuis 25 ans a rendu l’âme. Tout se liguait contre cette jupe.

Le nouvel été est arrivé et j’ai envoyé baladé le professionnel. Je suis passée d’attentiste à résignée et de résignée à ‘j’en foutiste’. Trop c’est trop.

Alors maladroitement, j’ai repris cette jupe. J’ai trouvé un bouton dans mes réserves.

Puis j’ai fait l’ourlet. J’ai essayé le pied pour roulet invisible. Je ne suis pas pleinement satisfaite même après plusieurs essais. Le tissu est difficile. Il vient de Louis Antoinette qui n’existe plus. Il est épais et élasthane.

Je vais voir s’il se place mieux après lavage. Sinon, il est possible que je choisisse de le faire à la main pour un résultat qui me plaira plus.

Quant au patron, j’avoue que je ne sais plus après un an de quoi il s’agissait.

Prétexte

J’ai acheté un pied téflon pour ma machine à coudre afin de coudre du cuir , mais j’ai été incapable de défaire l’aiguille pour mettre une aiguille à cuir.

Du coup, j’ai décidé de le tester avec de la toile enduite de mes réserves. Cela fait des lustres que je n’ai pas cousu de la toile enduite. Un cabas me semblait un projet approprié.

Un modèle simple, pratique doublé avec une poche intérieure faite dans une chute de la toile enduite.

Désœuvrement et recyclage

Arrive un moment de la journée où il faut absolument que j’arrête de travailler pour mon équilibre personnel. Je n’ai plus les petits projets du calendrier de l’Avent pour m’obliger à décrocher alors je me sens désœuvrée.

J’ai cherché dans tous les téléchargements couture de mon ordinateur quelque chose à faire et suis tombée sur un modèle pour recouvrir un bloc.

C’est quelque chose que j’ai déjà fait et d’ailleurs un traine sur mon bureau depuis plusieurs mois. En tournant les yeux, je suis tombée sur des morceaux de vieilles chemises découpés pour faire un plaid qui n’a jamais abouti.

Les pièces ne sont pas de même taille alors j’ai utilisé de la dentelle de récupération.

Le lien est une récupération sur une étiquette de vêtement et le bouton vient de …je ne sais où.

Un fois fermé, je le trouvais triste, alors j’ai pris des chute de tissu du calendrier de l’Avent mais il manquait un petit quelque chose et je suis tombée sur une chute de dentelle.

Et voilà, j’ai recyclé, j’ai déstocké et j’ai occupé quelques heures sur plusieurs soirées qui m’ont vidé la tête.