Prétexte

J’ai acheté un pied téflon pour ma machine à coudre afin de coudre du cuir , mais j’ai été incapable de défaire l’aiguille pour mettre une aiguille à cuir.

Du coup, j’ai décidé de le tester avec de la toile enduite de mes réserves. Cela fait des lustres que je n’ai pas cousu de la toile enduite. Un cabas me semblait un projet approprié.

Un modèle simple, pratique doublé avec une poche intérieure faite dans une chute de la toile enduite.

Une année à bébés

Cette année, de nombreuses naissances vont avoir lieu autour de moi.

C’est donc un prétexte pour tricoter bébé et déstocker par la même occasion.

Je fais peu de layette , éventuellement du six mois. Je préfère offrir du un an.

Le test proposé par Xiaowei tombait à point. Il fallait un fil dk, j’en ai profité pour déstocker du Phil Opera.

La photographie par grand vent n’est pas idéale mais elle permet d’apercevoir les boutons aux manches. En temps de confinement, j’ai recyclé des boutons de chemise que j’avais gardés.

Ce joli modèle est maintenant en vente.

Le torchon de toutes les erreurs

Toujours dans mon renouvellement des torchons à essuyer la vaisselle, j’ai de nouveau pioché dans mes réserves.

Celui-ci était dans mes réserves depuis… C’est un semi-kit de Au fil de l’Yères ,pour faire un cabas. Quel dommage! Un si beau torchon. Un grille était fournie pour broder des flocons et le mot Noël.

Je l’ai commencé un soir , fatiguée, en piochant dans mes échevettes entamées, sans bande pensant prendre du blanc. J’ai poursuivi un autre soir, toujours en étant en mode sans cerveau et j’ai arrêté car le télétravail est revenu et je n’avais plus de temps.

Je l’ai repris et me suis aperçue que je n’avais pas pris du blanc mais une fois du jaune et une fois du bleu.

J’ai décidé de ne pas défaire et d’aller au bout de mes erreurs en mélangeant les couleurs pâles de ma boite à échevettes à finir.

Les motifs proposés ne m’emballaient pas plus que cela donc j’en ai fait trois et suis allée chercher ailleurs dans le livre Rouge des éditions Marabout.

Et voilà mon torchon de toutes les erreurs .

Il va partir au trempage toute la nuit pour que je puisse profiter de ce superbes lin pendant de longues années.

J’ai maintenant un nombre suffisant de torchons à vaisselle donc je vais passer à autre chose.

Finir des pelotes

Pour alléger le placard, et surtout faire plaisir.

J’ai entrepris de trier un peu pendant Noël puisque je ne pouvais me déplacer ni pour aller voir mes fils ni pour aller voir mes parents. J’ai donc classer les pelotes entamées à peu près par taille de fil mais surtout par couleur. Je me suis retrouvée par beaucoup de marrons différents. Alors j’ai entrepris de crocheter un châle pour une copinette qui fait des merveilles avec de la terre , la transformant en poterie et rakus.

Je suis totalement admirative.

Alors j’ai utilisé mon crochet 3.5, un modèle de Kirsten Bishop, Klaziena.

Et voilà

Il ne me reste plus qu’à lui envoyer, en espérant qu’il lui plaira.

Un peu de broderie pour changer

En cette année si difficile professionnellement, je n’ai que eu de temps à consacrer à mes loisirs créatifs demandant de l’attention. Le tricot est mécanique donc je peux le faire le soir sans réfléchir avant de m’écrouler , mais ce n’est pas possible pour la broderie.

Depuis des années j’avais un rituel de broderie au petit déjeuner histoire de commencer la journée sereinement. Depuis plus d’un an , il a laissé place au travail. Fin février, j’ai décidé que cela devait cesser.

Etant dans l’impossibilité d’envisager un projet demandant de la réflexion, j’ai pioché dans mes encours.

Celui que je viens de terminer date de 2000. C’est le Paysage d’hiver n°1 de DMC. Je l’ai un peu modifié en ôtant ce qui me semblait inutile. Les multiples verts des sapins m’ont à la fois agacée et obligée à me concentrer donc à ne penser à rien. Ce qui est indispensable pour tenir le coup, aller de l’avant et affronter les chausse-trappes qui s’ouvrent sans prévenir depuis plus d’un an .

Je vais vite le terminer en coussin pour l’hiver prochain en recyclant une vieille chemise de mon mari.

Plumette

Avec le printemps, on a envie de douceur, de légèreté , de couleurs tendres mais les matins peuvent être encore bien frais.

Le test que je viens de finir pour Anais Louve Design est parfait.

Il est de grande envergure,

léger grâce au tricot en déjaugé c’est-à-dire avec des aiguilles 5.5 au lieu de 3 ou 3.5. Le fil Plume de Eline et laines est doux mais pas trop chaud en bébé alpaga, coton et laine.

Et voilà un nouveau châle doudou pour cette saison.

Le modèle est maintenant en vente.

Haddock

Tricoter pour les garçons c’est s’adapter au style de chacun. Pour le dernier, c’est le style marin sinon rien.

Quand Mauricette C a proposé un test intitulé Haddock, cela ne pouvait que me convenir. J’ai postulé et pour la première fois, elle m’a accepté. j’ai choisi le fil qu’elle préconisait, Ouessant 50 de Bouclelaine qui rappelle vraiment le fil des pulls traditionnels du bord de mer sauf qu’après un premier lavage, il ne pique pas!

Le modèle est simple, très bien construit.

J’ai juste moins serré les côtes de bas du corps à la demande du destinataire.

Bref, de nouveau un test pour homme satisfaisant.

Il me reste un garçon à pourvoir.

Feiyu

Ma garde robe étant bien garnie en pull divers, j’ai décidé de tricoter pour les garçons.

Aussi quand une créatrice lance un appel à test pour un modèle masculin, je postule. Comme ils ont des goûts différents j’ai une grande diversité de choix de modèles.

Cette fois, c’est Xiaowei qui a proposé un gilet avec un joli motif.

J’ai de nouveau choisi un fil rustique , celui de Petit grain.

Le plus difficile fut de trouver les boutons. Sur les conseils de Xiaowei et après avoir cherché vainement ici, je les ai achetés chez Rascol. Le problème des tons m’a obligé à acheter plusieurs modèles afin d’être sûre d’en avoir un qui aille.

Le mannequin n’est pas le destinataire . J’espère qu’il lui ira !

Anouchka

Quand Wouimardis a proposé ce pull au test, elle l’avait tricoté en rouge dans l’esprit d’une blouse d’Europe centrale. Moi je l’ai imaginé dans des couleurs de terre, couleurs certainement plus proches de ce que portaient les personnes en dehors des jours de fête.

Il se tricote avec deux fils ensemble, un fil mohair et un fil lace. Pour le mohair, j’en avais en stock de Maille name is en noir. Trop fin pour être tricoté seul, il convenait parfaitement au projet, mais avec quoi l’associer? j’ai choisi un fil naturel de chez Toisons Bretonnes. J’ai hésité entre marron et gris 2:2 mais j’ai eu peur que celui-ci ne contraste trop avec le noir. C’est donc le marron que j’ai commandé et j’ai été surprise car en tricotant, il a pris le pas sur le noir.

Comme toujours avec Christine, il y a les détails qui changent tout. Les bordures sont faites avec deux fils lace et sans mohair.

Le col a des noppes

et le bas est resserré par un cordon terminé par des pompons. J’en ai réussi un et raté l’autre. Je n’aime pas les pompons.

Et voilà. Je suis ravie de mon nouveau pull de week-end. Chaud et confortable.

Le modèle est maintenant en vente.