à la Une

Des finitions

J’ai décidé d’utiliser le coupon que j’avais entamé pour les cales-portes.

Des broderies étaient en attente de finitions, les voici prêtes à l’usage.

Continuer à lire … « Des finitions »

Publicités

Rubecula

Folie ordinaire a proposé un test avec des torsades.

J’avais du fil dont l’échantillon correspondait: Laine Cachemire de Phildar et j’avais envie d’un pull près du corps, doux pour l’automne .

Je me suis donc proposée. Le modèle se tricote en top down avec des aiguilles 3.5 et 4 .

Les torsades soulignent le plastron en côtes perlées

DSC_5194

ainsi que les emmanchures raglan

DSC_5196 avant de se poursuivre sur le devant. Tour le reste est tricoté en jersey.

DSC_5189

Et voilà un joli modèle que je suis contente d’avoir dans ma garde robe.

Ce modèle est maintenant en vente soit seul soit en kit.

Gilet croisé 2

Voici la version 2 du cache-cœur

Cette fois le corps est au point mousse avec un rabattage des épaules à trois aiguilles, une encolure V avec des diminutions le long du col et un remontage des manches tricotées en jersey aux aiguilles circulaires. C’est la version intermédiaire.

DSC_5482.Aucun problème car tout est clairement expliqué.

J’ai utilisé Phil Opéra avec des aiguilles 3.5 pour avoir le bon échantillon et il m’a fallu 4 pelotes soit 593 m  pour la taille 2 ans.

Je trouve le résultat très chic.

DSC_5480

Gilet croisé 1

Wouimardis a lancé un nouveau test pour une fiche avec trois modèles de cache-cœur. Cela a occupé mon été car j’ai choisi de faire les trois modèles dans la plus grande taille c’est -à-dire le 2 ans.

Pour le premier, le plus simple pour débutant, j’ai choisi comme fil Glossy de Scheepjes car le point est du point mousse et que mon échantillon correspondait avec des aiguilles 3.5.

DSC_5463

J’ai choisi des boutons en bois pour qu’ils se fondent dans le fil.

Les explications sont ultra claires comme toujours avec Wouimardis.

Maintenant que je maîtrise un peu

Ma nouvelle MAC, je peux réaliser mes projets initiaux.

L’été ayant été chaud, les fenêtres étaient grandes ouvertes toutes les nuits pour apporter un peu de fraîcheur; mais quand il y a du vent les dites portes claquent ce qui n’aide pas au sommeil. Les cales-portes étaient donc mon premier projet.

J’avais vu il y a longtemps et je ne sais plus où un exemple à partir de briques de lait. Je suis donc partie dans cette direction: des briques de lait vidées, lavées, remplies de sables puis enrubannées de ruban adhésif armé pour être sûre qu’elles ne s’ouvriraient pas.

En piochant dans mes réserves, j’ai trouvé un coupon entamé qui me convenait.

J’ai cherche des tutoriels sur Internant mais n’ai rien trouvé; j’ai donc dû improviser.

Le plus difficile fut de fermer la housse une fois la brique dedans , d’autant plus que les briques n’étaient pas également remplies. J’ai essayé d’utiliser le pied pour fermeture-glissière mais cela n’a pas suffit. Du coup, j’ai terminé avec des coutures à la main.

DSC_5489

Je trouve le résultat sobre et chic, du coup je suis contente.

Et comme il me reste de ce joli tissu, je vais m’en servir pour des finitions de broderies.

 

Prise en main de la nouvelle MAC 2

Toujours dans l’idée de maîtriser ma nouvelle machine , j’ai continué avec un projet récupération.

Une serviette de bain malencontreusement déchirée, de petits carrés de tissus dont beaucoup m’ont été offerts par les copinettes pour mon plaid 100 carrés et voilà .

DSC_5483

Je vais pouvoir passer à des choses plus élaborées, celles que je devais faire au départ.

Ma nouvelle MAC peut aussi coudre les tissus extensibles et le jeans mais ce sera pour plus tard car, comme la précédente ne le faisait pas, je n’ai aucun projet avec ces tissus.

Changements de génération

Comme cela faisait bien longtemps que je n’avais pas fait de couture, l’envie m’en a repris. Il faut dire aussi que la pile des ‘à faire’ croissait dangereusement . J’ai donc préparé mes projets: coupés, repassés. Je me suis fait une installation idéale avec planche à repasser et fer à portée de machine à coudre. Parfait!

Sauf qu’après quelques points ma Mac datant de 1969, héritée m’a lâchée. Elle a cessé d’entraîner la canette. Et zut . Par expérience, je sais que l’emmener chez le réparateur c’est déjà 150 euros juste pour la regarder puis il faut ajouter la réparation et ce sans garantie vu l’âge de l’engin.

Alors je me suis dit qu’il fallait peut-être investir. Loin de moi les objets sophistiqués remplis d’électronique et inabordables. Je voulais une machine simple, répondant à mes attentes.

Je suis donc allée chez le concessionnaire de la marque présente dans la famille depuis au moins trois générations. J’y suis allée accompagnée d’une  demoiselle qui avait eu peu avant son premier cours de couture sur machine, cadeau de fin d’année pour la féliciter de son bon résultat.

L’achat fait, il fallait prendre en main la machine avec un projet sans risque. Dans de vieux rideaux, j’avais taillé de quoi faire des sacs à vrac.

J’en ai réalisé deux devant la demoiselle en lui expliquant ce que je faisais et lui ai laissé faire seule le troisième qu’elle a parfaitement réussi.

Vous ne les verrez pas car je les lui ai laissés mais avec le tissu que j’avais préparé, j’ai eu de quoi en faire 6 autres de même format, long et étroit et quatre moins hauts mais plus larges.

Tous les cordons sont de la récupération et la bobine de fil m’a été donnée donc au final le coût  total est une MAC! Si elle dure aussi longtemps que la précédente, avec des projets pareils je vais vite la rentabiliser!